samedi 10 octobre 2015

Peut on rire de tout : handicap le sujet qui fache

Hier sur Facebook j'ai vu passer une publication qui citait des tweets humoristique dont une sur la trisomie 21.


Aujourd'hui je pose donc la question : peut on rire du handicap ?

Avant d'avoir mes enfants la réponse aurait clairement été non. Une fois j'ai eu le malheur de me moquer de quelqu'un (je ne savais pas que cette personne était handicapée, le contexte étant une sortie avec l'école et la rencontre d'un élève de ma classe avec sa tante et j'avais dit que c'était la honte en rigolant car a 13 ans croiser sa famille dans la rue c'était trop la honte bref l'interprétation avait été que je m'étais moqué du handicap de la personne alors que je ne m'en était pas aperçu peut être déjà habituée à côtoyer des personnes différentes car ma grand mère travaillait avec des personnes handicapés #fin du 3615 mylife lol). 

En devenant maman mon regard sur les choses à énormément changé. Je suis passée d'une personne ultra timide il y a 8 ans à une personne qui se fou du regard des autres maintenant. Avec le temps j'ai appris que quoi qu'on dise ou que l'on fasse il y aura toujours des personnes qui trouveront à redire, que les gens jugent toujours sans vous connaître (coucou le connard de directeur qui m'a collé un signalement sans se renseigner sur mon fils avant). J'ai appris surtout que les gens sont des chacals (quoi ? On dit des chacaux ? ^^) et j'ai donc choisi de rire du handicap. 

Après quelques commentaires avec une autre personne j'ai compris que pour certains rire du handicap c'est rire de la personne, c'est se moquer de mes enfants... Alors NON NON et NON !  Jamais je ne rirais de quelqu'un, jamais je ne rirais de son malheur mais rire de son handicap s'il sait lui même en rire OUI. 

Mes enfants que je le veuille ou non sont différents, ils ne seront peut être jamais comme les autres, ils vont peut être s'en prendre plein la tête et rentrer en pleurant... Alors OUI je veux en rire mais surtout je veux qu'ils apprennent à en rire, qu'ils se blindent et fasse de leur différence une force. 

Tous les ans des enfants "ordinaires"  se suicident parce que d'autres se sont moqués d'eux, les ont pris pour tête de turcs...Et la seule échappatoire qu'ils ont trouvés à été de mourir... 

Jamais ça. 

Je préfère être considérée comme une connasse de mère qui apprend à ses enfants à accepter et rire de leur différence que de perdre un de mes enfants... Je préfère être une pute qui se moque du handicap qu'une mère devant faire un discours devant un cercueil. 

Je veux que mes enfants se blindent, ils savent qu'ils sont différents même s'ils ne s'en rendent pas compte, ils savent que je suis la et que je serais toujours là pour eux mais ça ne suffira peut être pas. 

Mes enfants ce sont ma vie. Ma chair, mon sang. Moi. 

Mes enfants ont cette petite différence qui fait qu'ils ne sont pas comme les autres mais je veux qu'ils apprennent à être eux et pas un handicap parce que le handicap c'est secondaire. Ce sont des humains avec une particularité en plus c'est tout. 

Je veux que quand un enfant ou plus tard un adulte (on ne connaît pas l'évolution du handicap) se moque d'eux ils puissent répondre avec humour humour et que ça ne les atteignent pas. 

Alors ça me fait "mal"  de lire des commentaires insinuant que je me moque de mes enfants. Mes enfants je les aimes et je donnerais ma vie pour eux sans hésiter. Se moquer du handicap n'est pas se moquer d'une personne car une personne n'est pas un handicap. Si on me sort une blague sur un autiste oui je vais rire parce qu'être autiste ou trisomique ou autre ce n'est pas un handicap, au mieux c'est une caractéristique. 

Si demain je devais me retrouver en fauteuil, avec un sein/bras /ce que vous voulez en moins j'en rirais parce que pour moi le rire et l'acceptation est la meilleure réponse aux imbéciles. 

S'il n'y a pas d'humour que reste il ? Si mes enfants ne savent pas rire de cette différence quelle option reste il ? Pleurer ? Rester enfermés à vie ? Finir dans un centre ? NON NON ET RE NON ! Je refuse cette hypothèse. J'emmerde les cons et j'emmerde le handicap ! Mes enfants ont le droit de vie comme tout autre être humain handicapé ou non et l'humour sera leur arme. L'humour est la meilleure réponse à la connerie et je ferais tout pour l'apprendre à mes enfants 

mercredi 7 octobre 2015

Et toi, tu voulais quoi ?

Ça fait un moment que je n'avais pas écris sur le blog; pas le temps, manque d'envie aussi...

Le petit viens de s'endormir et les grands se chamaillent dans leur chambre; ça cri, ça pleure...

Avant d'avoir des enfants je voulais des enfants d'âge rapproché; des enfants qui s'entendraient parfaitement et ne se rejeteraient pas à cause de 3 ou 4 ans de différences parce qu'à 15 ans on a pas forcément envie de supporter "un bébé de 11 ans" comme on trainerait un boulet au pied.

La difficulté actuelle ce n'est pas qu'ils ne s'entendent pas mais c'est le handicap, la dysharmonie du comportement plus précisément; parce qu'ils sont parfois bébés parfois grands mais pas forcément au même moment (ce serais tellement simple sinon) donc quand le moyen est dans son délire et pas le grand ça se termine en cri et en pleures et vice versa.

Parfois je suis triste de les voir si proches et presque inséparables mais en même temps s'éloigner à cause du handicap de l'autre qui leur pèse parfois même si eux ne se rendent pas compte que c'est le handicap qui est la cause du comportement en question.

Comment expliquer à un enfant différent que son frère lui aussi est différent quand lui même ne se rend pas compte de son comportement quand il est dans un moment "bébé"?

Mes fils sont des amours... Séparément... Mais ensemble c'est parfois dur de les supporter... Les entendre se chamailler à longueur de temps... Voir le handicap les éloignés l'un de l'autre alors que plus jeunes quand le handicap était moins visible ils étaient inséparables... Se souvenir de mon grand revenant de 2 semaines de vacances chez ses grands parents qui serrait son frère dans ses bras avant même de nous dire bonjour...
Peut être est ce l'âge aussi... Ou tout simplement comme certains frères et soeurs qui ne s'entendent jamais et qui une fois adultes ne se voient que rarement par obligation lors de réunions familiales...

J'aimerais que mes 3 fils puissent être frères et bien plus encore mais que le handicap ne soit pas responsable de leur mésentente...

jeudi 20 août 2015

Parce qu'on oublie rien...

Aujourd'hui j'ai vu passer un énième message de soutiens pour le cancer sur mon mur Facebook

En général je partage peu ce genre de choses ; parce que je trouve ça inutile, parce qu'y penser rappel trop de choses

Tristesse, mort, souvenirs...

J'avais 9 ans quand c'est arrivé. Je le revois encore sur son lit d'hôpital. Malgré la maladie il passait son temps à faire le clown :)  il a toujours été comme ça et même malade il continuait. Il ne savait pas ce qu'il avait mais il s'en doutait sûrement et continuait à rire et sourire.

Puis l'appel est tombé. Un premier informant ma grand mère de venir vite car il y en avait plus pour longtemps. Et un second. Quelques minutes après le précédent. C'était fini.

Je me souviens le trajet pour aller à l'hôpital avec le taxi. La tristesse.

Le silence à l'hôpital et l'interdiction du dernier au revoir. 19 ans après je sais que c'était pour mon bien pour que je garde une image positive mais j'en garde un goût amer.
Lui qui a toujours été si prévenant avec moi c'est comme si sa mort n'avait pas comptée, comme si sa présence de son vivant n'avait eu aucune importance et que je me fichais royalement qu'il ne soit plus. Oui il n'était déjà plus la. Oui il ne se serait rendu compte de rien. Oui il ne s'est rendu compte de rien. Mais MOI je m'en suis rendu compte et 19 ans après je regrette encore de ne pas lui avoir dit un dernier au revoir.

papi

samedi 15 août 2015

Quand la décision est prise...

Il y a quelques semaines l'annonce à fait l'effet d'une bombe... Ou plutôt d'un pétard mouillé...

"ça va me faire bizarre je m'étais attaché à toi et aux enfants... "

Voilà tout ce qu'il a su me dire...

Qu'il s'était attaché à moi... A nous... 8 ans de vie commune, 5 de mariage et 3 enfants réduits à cette phrase...

Le soir même je suis" revenue" sur ma décision lui disant que "c'est en cours de réflexion" parce que je n'arrive décidément pas à le quitter. Parce que je l'aime mais que ras le bol. Que j'ai besoin d'autre chose. Que quelque part je suis égoïste.

Je sais qu'à ce moment là il partira. Loin. Loin de ses fils. Et qu'ils vont m'en vouloir. Terriblement.

Est ce que je suis heureuse ?  Est ce que c'est important ?  Dois je faire passer leur bonheur avant le mien ?  Comment se reconstruire après ?

Trop de question qui me font hésiter et reculer.

Je l'aime, je crois. Mais si je crois, est ce que je l'aime vraiment ? Est ce juste une relation d'habitude qui me retient ? Vivre 8 ans avec la même personne laisse des traces ; est ce ça qui me manquerait vraiment ? Ou est ce le après ?

Comment reconstruire sa vie quand on a déjà 3 enfants et qui plus est 3 enfants différents ??? Qui voudra d'une mère célibataire de 3 enfants handicapés ?  Qui voudra supporter ce que le handicap engendre ?

Je suis perdue, je ne sais plus. Envie d'autre chose pour eux et pour moi mais tellement de conséquence à cette décision. Et si finalement tout ça n'était qu'une énorme erreur. Après tout n'était ce pas pour le meilleur et pour le pire ?  Le meilleur est il a venir ou ne viendra t'il que pour l'un et l'autre séparément ?

Tellement de couple se séparent à la moindre broutille et je ne veux pas être de ceux là mais je ne sais plus.

mercredi 5 août 2015

Petite souris es tu la ? Range ta chambre ou je ne viens pas ^^

Avant hier #1 à eu la "joie" de perdre une nouvelle dent de lait... Joie mais aussi tristesse parce que sa dent est un peu tombée pas hasard ^^ (ça lui apprendra à ouvrir sa gourde avec les doigts plutôt qu'avec ses dents lol)

Mais depuis dimanche soir la souris est portée disparue... #1 à beau vérifier tous les matins, cette saloperie de souris n'est toujours pas passée

Ouh la Vilaine...

J'avoue qu'en temps normal la souris passe avec 24 à 48h de retard (c'est la crise mon pauvre petit et ta Mother n'a pas de monnaie; la prochaine fois tu préviens 3 ou 4 jours avant OK ?) mais la toujours pas de souris à l'horizon... La dernière fois elle est passée en retard après que #1 ai créé un passage devant son lit mais pas cette fois.

La souris elle en a ras le popotin des playmobil partout, ras la moustache des jouets qui traînent, ras la fourrure du bordel; ELLE EST EN GRÈVE ! 

Alors #1 s'il veut de l'oseille il a intérêt à ranger sa chambre :)

mardi 28 juillet 2015

Fini les rendez vous oubliés avec l'organiseur familial Mémoniak

Il y a quelques jours je vous disais que je comptais vous présenter l'organiseur familial Mémoniak, et ô miracle voici enfin mon article ^^

Tout d'abord kesako Mémoniak ???


Voilà ce que dit le site : Depuis plusieurs années, la collection Mémoniak des Editions 365 s’impose comme la référence en matière d’organisation familiale. Elle est devenue la marque experte qui permet de répondre à toutes les problématiques d’organisation de la famille : famille avec petits ou grands enfants, couple, sénior, colocation... Chacun trouvera des outils d'organisation adaptés.

Les Éditions 365 proposent en effet plusieurs produits en fonctions des besoins et des envies de chacuns; des agendas en pagaille avec toute sorte de thématiques (recherche d'emploi, recettes, budget familiale...)




Plus concrètement l'organiseur familial qu'est ce que c'est ?  Qu'à t'il de plus qu'un calendrier ordinaire ?  



Soyons honnêtes, l'organiseur familial est avant tout un calendrier comme les autres (mais un calendrier 16 mois au lieu des 12 ordinaires; il commence en septembre 2015 et fini en décembre 2016). Le plus de ce calendrier c'est qu'il a été optimisé au maximum pour nous faciliter le quotidien. Chaque jour une case assez grande permet de noter ce que l'on veut, chaque mois est visible en 1 fois, une recette est proposée chaque mois, un tableau missions de la semaine est également présent, des post it sont intégrés en bas du calendrier ainsi qu'un espace façon ardoise, le feutre qui va bien avec, 1000 stickers (rendez vous, anniversaires...), des aimants pour coller tout ça sur le frigo...(et aussi une toise pour mesurer les enfants)  :) 
Cet organiseur est donc bien plus qu'un calendrier ordinaire et rempli son rôle à merveille. 






Le crash test 
Le calendrier offre tout plein d'options et à résisté à mini moi qui n'a pas pû s'empêcher de jouer avec ^^ malgré les glissades sur le frigo (ça glisse bien des aimants), se faire violemment décoller... Il est toujours comme neuf :) 

Les + :
- la visibilité intégrale du mois en cours en une fois
- les stickers qui permettent de remarquer rapidement un événement 
- la possibilité de pouvoir mettre l'organiseur sur le frigo ou accroché au mur
- les post it intégrés (j'en ai plusieurs blocs à la maison mais je ne suis jamais fichu de mettre la main dessus; merci les enfants...) 


- le prix : 14, 90€ je trouve que ça reste raisonnable 
- la pochette en bas de l'organiseur qui permet d'y glisser factures ou autres courriers importants et qui m'évitera de devoir vider les 2 bacs à courrier pour retrouver celui qu'il me faut ^^



Les - :
Je n'en ai pas trouvé pour l'instant et je crois qu'il n'y en a pas vraiment; on pourrait lui reprocher sa taille mais dans  ce cas il n'offrirait plus la possibilité de laisser une note sur chaque jour. 

Pour ceux qui sont plutôt agenda, les éditions 365 propose aussi un agenda familiale pocket et un agenda familiale classique respectivement à 12,90€ et 14,90€ (je vous mettrais les photos de celui que j'aurais choisi quand je l'aurais reçu; pour l'instant je pense prendre le pocket mais pas sûre) 

Je remercie les éditions 365 pour leur participation qui m'a permis de pouvoir écrire cet article et donc vous présenter l'organiseur familial. N'hésitez pas à rejoindre leur page Facebook ;) 

samedi 25 juillet 2015

Je devrais être impatiente et pourtant...

Il y a 2 semaines #1 partait en Bretagne chez ses grands parents. Il a l'habitude de partir chez eux tous les ans pendant les grandes vacances et y reste en général une à deux semaines ce n'est donc plus une surprise ni pour nous ni pour lui et même si au début j'appréhendais de laisser partir mon bébé (il avait 2 ans et demi la première fois qu'il y est resté sans nous) je sais que lui est content de partir et aime passer du temps chez ses grands parents.

Ceux qui suivent le blog savent que mes 2 grands souffrent de troubles envahissants du comportement et du développement et ces derniers temps les 2 grands sont assez dur à gérer/supporter à cause de ça car si chez le grand ça se traduit par un comportement un peu plus bébé que son âge (merci la dysarmonie du comportement) chez le moyen ça se traduit par des obsessions et une hypersensibilité... Autant dire que j'ai parfois l'impression de vivre avec des triplés de 2 ans qui cries, pleures, ne veulent pas partager... Mais aussi des mini ado qui se rebellent, répondent et sont dans une totale opposition. Bref c'est le bordel ^^

Au risque de passer pour une mère indigne (m'en fou j'assume ^^) il faut reconnaître que ces 2 semaines sans #1 ont fait du bien à tous le monde. D'abord à son père et moi car c'était vachement plus calme à la maison, à casse noisette qui l'était vachement moins sans son frère pour l'enquiquiner sans arrêt et tout faire pour le faire crier/pleurer, le réveiller le matin... Casse noisette idéalisé énormément son frère et le prend -un peu trop- pour modèle du coup ils mettent leur petit frère a l'écart et le fait que #1 ne soit pas la à permis à casse noisette de pouvoir jouer et passer du temps avec son petit frère et il a beaucoup apprécié :)  mini moi de son côté à également été ravi de ne pas être réveillé à 7h et à fait des grasse mat' jusqu'à 9h30 voir 10h chose qui n'était jamais arrivé depuis sa naissance et il a bien rigolé des bêtises de casse noisette qui faisait tout pour le faire rire :)

Mais demain les choses vont changer...

Demain #1 rentre de vacances et j'avoue que j'appréhende.

Je devrais être heureuse et impatiente de retrouver mon bébé et dans un sens je le suis mais j'ai surtout une petite voix qui me dit "finie la tranquillité", casse noisette va reprendre ses pleurnicherie parce que son frère l'embête sans arrêt (ça le fait rire...) et je vais de nouveau m'énerver, crier... Ça me décourage d'avance...